Devenirs incertains : Identitarismes et subjectivités

Séance du mercredi 7 décembre 2022 à 10H

Lien zoom :

https://us02web.zoom.us/j/6934084944?pwd=eFhyRFRsVzV4QVBPZC9VRHgrZXNEQT09

Actualités de la moralisation du capitalisme
L’homme et la société 216

Sous la direction de J.P.Durand, B.Hours, M.Selim

Se voulant désormais inclusif et participatif, le capitalisme entend intégrer les « parties prenantes », c’est- à -dire autant les actionnaires, les sous-traitants que tous les acteurs gérés comme des clients, dans l’illusion du gagnant-gagnant, formule clé de l’enrôlement volontaire. Alors que le capitalisme passait pour immoral durant la guerre froide, il ambitionne désormais de produire les règles sociales et morales qui optimisent son fonctionnement. Moralisation de la finance et de l’entreprise, verdissement de l’économie, respect de l’environnement et de la nature, bienveillance vis-à-vis des femmes, purification des sexualités et équité de genre, proclamations anti-discriminatoires, décontractualisation du travail au nom de la liberté et du bien-être individuels, sont autant d’éléments parmi de multiples autres qui marquent l’emprise du marché comme modèle de société. Masquant des inégalités et des injustices croissantes dans des vapeurs de vertu, un vaste processus de moralisation du capitalisme est à l’œuvre. Dans ce dossier anthropologues, philosophes, sociologues et économistes appréhendent sous différents angles ce programme global de mystification collective qui s’imprime dans les subjectivités et se bâtit au nom de la morale.

Word - 847.1 ko
Affiche