ACKING Véronique

Histoire de l’Afrique et de l’océan Indien

Contactez-la

Axe thématique n°1 « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence »
Axe thématique n°2 « Villes du Sud : pouvoir, pratiques citadines et devenir métropolitain »

Groupe AOI (Afrique Océan Indien)

Thèse

« Ki to été twa ? » Discours, représentations et pratiques sociales autour du « malaise créole » ». Une sociohistoire de la catégorie ethno-raciale ti kréole à l’île Maurice post-esclavagiste (fin XXe– XXIe siècles)

Sous la direction de M. : Didier NATIVEL (CESSMA - Université Paris 7 Diderot)

Résumé de thèse

L’île Maurice, ancienne colonie française (1715-1810) puis britannique (1810-1968) compose l’archipel des Mascareignes avec l’île Rodrigues et l’île de la Réunion. Depuis l’indépendance (12 mars 1968), plusieurs acteurs, notamment politiques, évoquent le « mauricianisme » (idéologie dominante de l’union de toutes les « communautés » pour former une seule entité nationale) comme facteur de ralliement pour correspondre au modèle de « l’unité dans la diversité ». Toutefois, l’appartenance communautaire structure la plupart des interactions sociales, entre minorités et majorités. La thèse a pour objet l’articulation entre racialisation et assignation identitaire des ti kréols portée par les fondements du « malaise créole ». Ce dernier transcrit l’échec récurrent d’une éventuelle ascension sociale des ti Kréols, descendants d’esclaves africains et malgaches les plus pauvres. Le premier objectif de la thèse est de produire une généalogie approfondie de la créolité mauricienne au prisme des vestiges d’un passé impérialiste et ce, en retraçant l’histoire de ces dynamiques de racialisation structurant les logiques de démarcation sociale dans la longue durée. Le second objectif est de comprendre des liens entre processus de racialisation et d’assignation identitaire, pour éclairer la place du groupe social créole au regard de la trajectoire des descendants d’affranchis, des années 1960 à nos jours.

Avec une approche empirique qualitative en histoire sociale, en mobilisant des outils issus de l’anthropologie et de la sociologie, cette recherche se déploie selon trois axes. D’abord une analyse « par le bas » des trajectoires sociales singulières et familiales à partir de sources orales inédites de ti Kréols résidant dans des espaces proches de la capitale Port-Louis, en particulier d’anciennes cités ouvrières (Roche Bois, Karo Kalyptis) et en zone rurale et côtière, Grand Gaube. Les récits de vie collectés et contextualisés aident à documenter les variables de la production de la subalternité d’un groupe social marginalisé. Puis, produire une étude critique du « malaise créole » pour interroger les multiples représentations esclavagistes et coloniales, sources irrévocables de la reproduction de stéréotypes discriminants. Enfin, analyser les formes et domaines de mobilisation des ti Kréols, dans un contexte où le pluralisme ethnique est un fondement ambivalent de l’action publique.

Publications

  • Traduction : Catherine Servan-Schreiber « Cosmopolitanism and Transformation of Indo-Mauritian Music Traditions », in Sarunas Paunknis (dir), Editions Dislocating Globality, Deterritorialization, Difference and Resistance, à paraître chez Brill.

Communications

  • « Faire de l’histoire en terre créole : les implications d’une chercheure du cru sur un « étranger et familier » à l’île Maurice », journée d’étude des doctorants du CESSMA, « S’engager. Etre jeune chercheur en Sciences Sociales dans les Suds », Université de Paris, CESSMA, 17 décembre 2019.
  • « De l’archipel des Chagos à Crawley : les expériences du « malaise créole » au-delà des océans », Journée d’étude « Expérience(s) du monde, expérience(s) de soi. Identités, résistances, horizons (Afrique, Asie, Amérique, XIXème – XXIème siècles, Université de Paris, CESSMA, 11 avril 2019.
  • « Généalogie, actualités et avenir du malaise créole », colloque de « Ile Maurice : nouveau champ de recherche ? 1968-2018 », EHESS, 8 – 9 octobre 2018, Paris.
  • Présentation du film documentaire d’Alain Gordon-Gentil, Venus d’ailleurs. La grande aventure de l’immigration africaine à Maurice, Journée d’étude MCTM (Mondes Caraïbes et Transatlantiques en Mouvement) Université Paris Diderot-Paris 7/CESSMA, 21 avril 2017, Paris.
  • « Processus de racialisation à l’île Maurice. Le cas des ti Kréols », colloque de « De quelle couleur est le sang ? », Casa de Velázquez, 15 – 16 décembre 2016, Madrid.
  • « L’expérience chagossienne : un univers ti Kréol en marge de Maurice », séminaire Actualités de la recherche sur l’océan Indien (histoire, sciences sociales) & Logiques corporelles des sociétés et des pouvoirs (XIXe-XXIe), Université Paris Diderot Paris 7, 17 novembre 2016, Paris.
  • « L’île Maurice à l’ère de la globalisation : « miracle économique » et fabrique de la marginalisation », journée d’études du CESSMA à l’INALCO, 10 novembre 2016, Paris.
  • « Les Créoles dans la société mauricienne. Etude d’une minorité dans une société postcoloniale », débat-conférence à l’IUT/GLT d’Evry, 9 avril 2015, Evry.
  • « Le rapport de la communauté créole à la politique : qu’est-ce qui explique la faible insertion des Créoles dans le champ politique ? », journée d’étude sur la situation politique, économique et sociale des Créoles à l’île Maurice, Centre d’Etudes de l’Inde et l’Asie du Sud (CEIAS) à l’EHESS, 7 juillet 2015, Paris.

Enseignements

2021-2022

  • L’Afrique au-delà des représentations – XVIIIe – XXIe siècles, Première année - parcours Europe-Afrique, Sciences Po Paris (Campus de Reims) (conférence de lecture, 72 heures).

2020-2021
-L’Afrique au-delà des représentations – XVIIIe – XXIe siècles, Première année - parcours Europe-Afrique, Sciences Po Paris (Campus de Reims) (conférence de lecture, 72 heures).

2019-2020
-L’Afrique au-delà des représentations – XVIIIe – XXIe siècles, Première année - parcours Europe-Afrique, Sciences Po Paris (Campus de Reims) (conférence de lecture, 72 heures).

Animation de la recherche

-Co-organisation de la 3e journée d’étude des doctorants du CESSMA Être jeune chercheur en Sciences Sociales dans les Suds, CESSMA-Université de Paris, Paris, France, 4 février 2020 – avec Alexandre Audard, Tania Herrera Romero et Raphaël Gallien.

-Membre de l’équipe de coordination de l’Atelier du CESSMA (séminaire général du laboratoire), année 2019-2020.

-Membre du Comité d’Organisation et Scientifique pour le colloque des doctorants de la Fédération Sciences Sociales Sud (CODOFE), 2018.

-Vacataire CNRS pour la 4ème Rencontre des Études Africaines en France à l’INALCO, 2016.