BATUT Romane

Doctorante
Ethnologie

Contactez-la

Sujet de Thèse

« Transmettre la culture aïnou au Japon : enjeux et impacts du nouvel espace de “coexistence ethnique” de Shiraoi »

Directeur de thèse :

Saskia COUSIN

Axes :

Axe thématique n°1 « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence »
Axe thématique n°4 : « Savoirs : Acteurs, Pouvoirs, Territoires »

Publications

  • 2018
    « Animalis : sous le masque animé », p. 41-47, dans Animalis. Animer l’Homme et l’Animal, cat. expo., Strasbourg, Musée Zoologique de Strasbourg (8 juin - 8 juillet 2018), Strasbourg, Les éditions de l’Association d’Ethnologie.
  • 2017
    « Inviter l’ours au pays des Aïnous : les relations à l’ours brun dans l’île de Hokkaïdo (Japon) » p. 421-451, dans HOFFMANN-SCHICKEL Karen et al. (sous la dir. de) : L’humanité et les ursidés : approche interdisciplinaire, Editions Connaissances & Savoirs, 690 p.

Résumé de thèse

Ma recherche, à visée collaborative, porte sur la transmission et la production de savoirs dans le cadre d’un centre national culturel et touristique aïnou à Hokkaido, au nord du Japon. En étudiant les processus de patrimonialisation et de mise en musée, il s’agit de saisir de quelles façons ce projet d’espace national va, d’une part, redéfinir les relations entre populations aïnou et institutions japonaises et d’autre part, s’inscrire dans la fabrique d’identités, au sein des discours et des mises en scène des identités en question. Dans un contexte postcolonial, l’objectif de la recherche sera de comprendre les enjeux sociopolitiques de cette mise en scène touristique d’une population autochtone : comment cet ensemble nommé "culture aïnou" est défini et représenté dans le cadre touristique ? Comment cet ensemble est-il, aussi, concrètement vécu, transmis et représenté parmi les acteurs pris au cœur de ce projet ? Ma thèse cherchera également à approfondir les notions anthropologiques de culture, d’identité et de tourisme « ethnique », à travers des questionnements épistémologiques et réflexifs sur la production du savoir anthropologique et la position du chercheur.